Ulisse Aldrovandi, Ornithologiae, tomus alter

14 mars 2007 at 10 h 40 min

Ulisse Aldrovandi (1522-1605) était un scientifique Italien renommé de la période de la renaissance.

Aldrovandi, portrait

Ce dernier n’a toutefois pas mené jusqu’à son terme le vaste projet d’encyclopédie naturelle qu’il projetait. Seuls les trois tomes de son ornithologie, et un tome d’entomologie ont été publiés de son vivant.
C’est tout particulièrement à « Ornithologia tomus alter » que nous nous intéresserons (bien que l’ouvrage soit rédigé en latin).
Aldrovandi consacre le chapitre 12 (page 150 à 174) à la caille des blés qu’il décrit très méthodiquement: moeurs, régime alimentaire, techniques de captures et d’élevage, qualités culinaires, utilité en médecine. Sont même précisée la place occupée dans les emblèmes mythologique, sacrée ou profane, ainsi que les proverbes, et symboles.
A défaut de traduction française, nous pouvons néanmoins nous appuyer sur le résumé que Buffon fait de ce chapitre.
Aldrovandi illustre le chapitre d’une superbe planche en couleur représentant les deux sexes.

caille, Aldrovandi

Ce dernier parle notamment de l’habitude qu’auraient les cailles d’emporter dans leur bec un petit morceau de bois qui les aideraient à flotter sur la mer lorsqu’elle sont fatiguées. Il insiste sur le côté querelleur de la caille et fait allusion aux combats de cailles qui sont pratiqués depuis l’antiquité. Détail culinaire enfin: il nous apprend que l’on faisait fondre la graisse des cailles, afin de la servir en assaisonnement.

caille mâle

caille femelle

Deux autres très belles aquarelles extraites d’un recueil du même auteur

L’édition originale en latin qui se trouve à l’université de Bologne est numérisée et accessible en ligne. Elle comporte de magnifiques illustrations:
http://diglib.cib.unibo.it/diglib.php?inv=33&int_ptnum=&term_ptnum=178&format=jpg&comment=0&zoom=
A noter une magnifique et énigmatique gravure de ce qui semble être un chien d’arrêt. Cette dernière est accompagnée de la légende « Canis ad coturnices capiendas pantherinus », soit littéralement « Chien à attraper les cailles ». Il s’agirait, selon certains, de la plus ancienne représentation existante de braque du Bourbonnais.

canis ad coturnis capiendas

Histoire Naturelle, de Buffon, "Les oiseaux"

14 mars 2007 at 9 h 31 min

Le comte de Buffon (1707-1788) était intendant du jardin des plantes de 1739 à 1788, jardin qui sera transformé par la suite en muséum d’Histoire Naturelle.

Buffon 1707-1788

Il est l’auteur d’une monumentale « Histoire naturelle » en 36 volumes (elle a été écrite collectivement entre 1749 et 1788), qui le rendra célèbre. Cet ouvrage a fait de Buffon un précurseur en matière d’histoire naturelle, et l’un des scientifiques les plus connus et les plus lus de son époque. Cette oeuvre sera traduite et rééditée dans plusieurs pays.

En l’honneur du troisième centenaire de sa naissance, le CNRS consacre un site très complet à ce dernier: http://www.buffon.cnrs.fr/?lang=
On peut librement consulter sur ce site son oeuvre (en version texte ou image), et même la télécharger en intégralité. Rien de moins!

L’Histoire Naturelle de Buffon est un ouvrage monument qui à longtemps fait référence. L’influence en est considérable: la plupart des encyclopédies d’histoire Naturelle, très à la mode au 19eme siècle, en sont directement inspirées.

la caille buffon, 1771

Gravure originale en couleur extraite d’une édition de 1771.

caille

Gravure originale en couleur par François Nicolas Martinet, extraite de « L’Histoire naturelle de Buffon » (1780)

Gravure allemande, buffon

Gravure extraite d’une édition allemande de l’Histoire Naturelle de Buffon (1786)

L’œuvre de Buffon à été traduite et publiée dans de nombreux pays, peu de temps après sa parution. On remarquera au passage que la gravure de l’édition allemande ci-dessus est une copie assez fidèle au niveau du style, de celle réalisée par François Martinet.

buffon 1822

Illustration provenant d’une édition Belge de 1822 (H.R. Duthilloeul et H. Tarlier, Bruxelles)

Gravure anonyme 1837

Gravure provenant d’une édition de 1835, augmentée de la classification de Cuvier

cailles , buffon

Illustration provenant d’une réédition (fin 19eme Siécle)

Dans le Tome XVII, Buffon consacre pas moins de 38 pages à ce petit oiseau qu’est la caille. Ce chapitre est remarquable (à l’image de l’ensemble de l’ouvrage), et réalise une synthèse parfaite des connaissance de l’époque sur sa biologie.
Il est librement consultable à partir du lien ci-dessous:
http://www.buffon.cnrs.fr/ice/ice_page_detail.php?lang=fr&type=text&bdd=buffon&table=buffon_hn&bookId=17&typeofbookDes=hn&pageChapter=La+Caille.&pageOrder=456&facsimile=off&search=no

Buffon ne se contente pas de réaliser une énième compilation, comme nombre de ces prédécesseurs: Il essaie d’adopter une démarche rationnelle, scientifique.
Le chapitre concernant la caille est l’illustration parfaite de cette démarche novatrice. Il rassemble de précieuses références bibliographiques, très complètes, sur l’oiseau et démontre une immense érudition. Le point de vue de chacun des auteurs est habilement inséré et commenté.
L’auteur du texte est, très probablement, l’abbé Gabriel Bexon (1748-1784) qui a largement collaboré à la rédaction des volumes de l’histoire Naturelle consacrés aux oiseaux.
Ce dernier pressent le rôle des vents favorables dans la migration des cailles, et se montre parfois sévère quant au manque évident de bon sens de certains auteurs anciens. Il fustige également ses propres contemporains qui continuent de compiler les œuvres antiques, sans prendre aucun recul vis à vis de leur contenu.
Il rapporte certaines croyances concernant la migration des cailles: Selon Oppien, la présence de petits cailloux dans le jabot des cailles s’explique par le fait qu’elles laisseraient tomber ces derniers un à un durant leur vol, afin de vérifier le moment ou elles ont dépassé la mer. L’auteur rappelle que cette croyance est erronée, et que les cailles avalent de petites pierres avec leur nourriture (ce qui leur permet de mieux digérer), comme beaucoup d’oiseaux granivores.
Il parle également du phénomène des cailles résidentes, qui ne touche toutefois qu’une petite partie des oiseaux, et fait allusion aux combats de cailles qui existent depuis l’antiquité, et se perpétuent encore au 18eme siècle. Il note enfin que ces dernières se prennent très facilement dans les pièges lorsqu’elles sont attirées par des appelants, ou au moyen d’un appeau.

Elzear Blaze, "Le chasseur au chien d’arrêt"

14 mars 2007 at 8 h 36 min

Voici probablement l’un des grands classiques de la littérature cynégétique française.
Dans cet ouvrage paru en 1836, Elzear Blaze (1788-1848) entreprend à la mode du XIXeme siècle, d’éduquer le chasseur au chien d’arrêt. Tous les sujets sont abordés: de la façon de se vêtir, de tirer, jusqu’aux moeurs du gibier, et à la façon de l’accommoder…

Ce dernier consacre pas moins d’un chapitre complet à la caille des blés (pages 141 à 153). Elzear Blaze reprend maladroitement l’affirmation selon laquelle les cailles se poseraient sur l’eau lors de leur migration pour se reposer, et se hasarde même, sur le fait que la petite membrane sur leur patte « n’est pas faite pour rien ».
Ce dernier parle des effroyables destructions de gibier qui ont eu lieu pendant la révolution de juillet, et conclut: « Aussi le nombre de cailles diminue tous les ans, et bientôt on en verra plus. » Il incrimine principalement les chasses de printemps sur les côtes de provence, qui donnent lieu à de véritables massacres de cailles.
Après avoir rappelé certaines légendes et coutumes, ce dernier aborde le sujet de sa chasse. C’est un gibier dont il connait apparemment très bien les moeurs pour l’avoir beaucoup pratiqué.
Concernant le tir de la caille, Elzear Blaze écrit: « C’est le gibier qu’on approche et qu’on tue avec le plus de facilité. Sur trente cailles qu’il tire, un chasseur expérimenté doit en tuer 28 ». Cette affirmation outrancière lui vaudra les critique de plusieurs autres auteurs, et de la presse cynégétique de l’époque qui avait même lancé un pari de 1000 écus afin de démontrer le caractère très exagéré de cette affirmation. Plus loin, Blaze se contredit d’ailleurs en partie puis qu’il écrit « Quelquefois, et surtout lorsqu’il fait du vent, la caille part en zigzag; alors elle est très difficile à tirer: il faut la suivre avec le bout du canon, saisir le point d’intersection des deux lignes, et profiter du moment: on ne réussit bien ce tir qu’avec une grande habitude. »
Ce dernier cite des anecdotes de chasse la concernant, et résume la pensée des principaux naturalistes connus de lui concernant la caille et sa biologie. Il accrédite également un certains nombre de superstitions (hirondelles trouvées dans la glace en laponie, et qui reprennent vie au contact du feu, ou cailles trouvées dans des murs)
A propos de sa chasse Il écrit notamment:
« La caille est l’espèce de gibier qui donne au chasseur le plus d’agrément; une plaine garnie de cailles est une source de plaisirs toujours nouveaux, sans cesse renaissants. En effet, quand vous aurez battu la campagne à plusieurs reprises, lièvres et perdreaux ont disparu. Les cailles sont restées, elles sont partout: cherchez, vous en trouverez encore. (…) Elles partiront l’une après l’autre, chacune se laissera chercher, chasser, arrêter par votre chien, et le plaisir se renouvellera dix fois; vous voyez que ce n’est pas trop mal. »
Voici le texte intégral du chapitre 13 , ci dessous accessible en téléchargement:

Elzear Blaze, le chasseur au chien d'arrêt

Alexandre Dumas (père): quelques textes choisis

14 mars 2007 at 8 h 35 min

Alexandre Dumas (1802-1870) est un des écrivain français les plus célèbres dans le monde. L’oeuvre rédigée par ce dernier est monumentale et fait désormais partie des classiques de la littérature française. Alexandre Dumas repose d’ailleurs depuis 2002 au Panthéon.

Alexandre_Dumas

Un magnifique site dédié à Alexandre Dumas à été crée par l’association « Les amis de Dumas. En plus de sa biographie et de nombreuses gravures, ces derniers ont mis en ligne certains de ses ouvrages: http://www.dumaspere.com/index.html
On peut s’étonner de trouver au milieu de naturalistes et d’auteurs cynégétiques un écrivain comme Dumas, quand il s’agit de cailles. Et pourtant, ce dernier, chasseur à ses heures, parle à plusieurs reprises de cet oiseau dans son oeuvre.

Dans un ouvrage intitulé « La san felice » (1864), et dont l’action se déroule en Italie, apparaît une magnifique scène de chasse à la caille au chien d’arrêt mettant en scène le roi d’Italie Ferdinand et deux autres chasseurs qui l’accompagnent.
Cette scène est censée se dérouler dans les jardins de la Bagaria en Sicile et dans les collines environnantes qui donnent sur la baie de Palerme. Le roi Ferdinand, tout occupé à sa chasse fait le pari qu’il tuera 100 cailles, sans en rater une seule. Tandis que ce dernier continue à tirer des cailles, des messagers le pressent de rejoindre Palerme ou la reine est en train d’accoucher. Malgré les nouvelles alarmantes ce dernier poursuit sa chasse jusqu’au moment ou il remporte son pari. Il regagne alors à bride abattue Palerme, ou la reine vient de mettre au monde un fils.
Ce texte semble faire écho à la déclaration d’Elzear Blaze, (Le chasseur au chien d’arrêt, 1836) dans laquelle ce dernier affirme que sur trente cailles qu’il tire le bon chasseur doit en tuer 28 (affirmation déjà exagérée qui lui avait valu des critiques). Alexandre Dumas à lu ce livre, best seller cynégétique de l’époque, puisqu’il y fait référence directement dans d’autres textes, et à peut être même rencontré Blaze dont il était un contemporain. Le texte de Dumas, semble peu crédible puisque les protagonistes sont censés en avoir tué un peu moins de 300 (dont le roi 100 sans en rater une seule). Si les densités de cailles en Italie sont depuis toujours réputées (surtout la Sicile et la baie de Naples) cette scène de chasse, très bien décrite par ailleurs, relève bien du roman…
Le chapitre intégral est ici consultable en ligne:
http://www.dumaspere.com/pages/biblio/chapitre.php?lid=r55&cid=177

Dans un autre ouvrage intitulé « Les aventures de John Davys » (1840) Dumas raconte une scène ou le héros accoste sur l’île grecque d’ortygie -soit littéralement en grec l’île aux cailles- (Delos), et où plusieurs marins du navire s’adonnent à la chasse de la caille aux moyens de filets. Ces derniers se sont servis d’appeaux qui imitent le cri de la femelle de la caille, afin d’entraîner les mâles sous leurs filets et ont réalisé une chasse superbe.
Le chapitre intégral est ici consultable en ligne:
http://www.dumaspere.com/pages/biblio/chapitre.php?lid=r6&cid=24

Voici une gravure d’Alexandre Dumas que j’aime beaucoup et qui représente ce dernier en pleine inspiration pendant la rédaction de ses ouvrages:

-Alexandre Dumas en pleine inspiration

« Le grand dictionnaire de cuisine » est un ouvrage posthume qui a été publié en 1873. Dumas consacre un chapitre complet à la caille. Ce dernier parle de sa migration dont il dit avoir été témoin au cours de ses voyages en méditerranée. Il parle d’importants passages sur les côtes et les îles italiennes (notamment la baie de Naples). Les cailles arrivent de nuit dans un tel état d’épuisement que l’on peut les ramasser à la main.
Dumas écrit au sujet de la caille: « La caille est, parmi le gibier proprement dit, ce qu’il y a de plus mignon et de plus aimable. »
Ce dernier introduit une longue liste de recettes (26 en tout!) en disant:
« On fait acte d’ignorance culinaire toutes les fois qu’on la sert autrement que rôtie et en papillote, parce que son parfum est très fugace et que, toutes les fois que l’animal est en contact liquide, son parfum se dissout, s’évapore et se perd. Nous n’en donnerons pas moins les différentes manières de préparer les cailles, tout en insistant pour qu’on les mange rôties ».
L’intégralité du chapitre, ainsi que les recettes de cuisine sont accessibles à partir du lien ci-dessous:
http://www.dumaspere.com/pages/biblio/chapitrecuisine.php?lid=c1&cid=239

Joseph la vallée, "la chasse à tir en France"

14 mars 2007 at 8 h 35 min

Joseph de la Vallée publie en 1854 « La chasse à tir en France ». Dans cet ouvrage, ce dernier comme nombre de ces prédécesseurs, essaie de réaliser une mini encyclopédie pratique à l’usage du chasseur.
Législation, choix de l’arme, équipement, munitions, conseils culinaires, le problème du braconnage: tout est abordé. Bien entendu ce dernier évoque également les chiens d’arrêt, et les différents types de chasse.
Cet ouvrage est intéressant, car Joseph la Vallée, en plus de nous livrer ses propres réflexions sur la chasse, synthétise également celles d’autres auteurs contemporains, et l’état des connaissances de son époque. Cet livre est joliment illustré de nombreuses gravures sur bois de F.Grenier, admirables par leur précision.

Epagneul à double nezchasse au marais

Détail émouvant: en introduction du chapitre la chasse en plaine l’auteur nous fait part des motivations qui l’ont poussé à rédiger le présent ouvrage.
Après avoir résumé un passage tiré de l’ouvrage d’ Elzear Blaze, dans lequel ce dernier raconte l’anecdote de Mr DUFOUR, chasseur acharné, qui malgré de multiples blessures, et l’amputation de plusieurs doigts, continuait à chasser, ce dernier conclut tristement:
« Mais je voudrais savoir ce que Mr DUFOUR eût dit s’il eût été comme moi privé de la vue. Depuis trente cinq ans, je n’ai pas une seule fois manqué à l’ouverture de la chasse. Cette fois on pelotera les perdreaux sans moi. (…) Je n’ai pas comme Mr DUFOUR, la ressource de voir mon chien quêter. Cependant je veux encore m’occuper de chasse en dictant pour vous les conseils de ma vieille expérience. »
Joseph la vallée rédige un très intéressant chapitre sur la caille des blés et sa chasse, qu’il connaît très bien. On remarquera la jolie gravure sur bois représentant une caille des blés qui orne le chapitre en question. La gravure sur bois est une technique qui demande une très grande précision, puisqu’il faut graver sur un morceau bois très dur et de petite dimension (du buis généralement) le motif souhaité.

caille des blés, joseph de la vallée, chasse a tir en france

Voici disponible en téléchargement, ci dessous, sous forme de fichier word, l’intégralité du chapitre concernant la caille des blés:

Joseph la vallee, la chasse a tir

"Le chasseur au chien d’arrêt", Ferdinand Cassassoles

14 mars 2007 at 8 h 32 min

Autre classique de la littérature cynégétique du XIXeme siècle , « Le guide du Chasseur au chien d’arrêt sous ses rapports théoriques, pratiques et juridiques » (publié en 1864).
Dans la droite ligne de plusieurs de ses prédécesseurs (elzear Blaze notamment), Cassassoles rédige une sorte d’encyclopédie pratique de la chasse ou tous les sujets sont évoqués.
Détail intéressant et révélateur: lorsque ce dernier entreprend de citer la liste des gibiers-plume, il ne cite que deux espèces: la perdrix (largement évoquée) et la caille. Seul le lièvre est abordé dans les gibier-poil.
Ce choix peut paraître surprenant, et est dû aux origines méridionales de l’auteur (également auteur, ce n’est pas un hasard, d’une histoire de Lectoure, ville capitale de la Lomagne). Il explique en introduction son choix de consacrer un ouvrage volontairement spécialisé au gibier de cette partie de la France.
Il montre tout simplement qu’il s’agit la des deux espèces d’oiseaux que le chasseur moyen du sud ouest est assuré de rencontrer lors de l’une de ses sortie. Concernant la bécasse ce dernier ajoute laconiquement « Tout au plus pourrait-on dire un mot de la bécasse; mais on n’a qu’a appliquer à cette chasse les principes et les règles qui touchent aux autres oiseaux de tir au chien d’arrêt, sauf quelques modifications que l’expérience enseigne ».
A propos de la caille des blés l’auteur écrit notamment au sein d’un chapitre qui lui est consacré (p.211 à 216) « C’est peut être le gibier que le chien d’arrêt affectionne le plus ».

caille, cassassoles

Il entreprend, à la mode du 19eme siècle de résumer les connaissances de l’époque sur l’oiseau, et dit quelques mots de sa chasse.
L’ensemble du chapitre est ici disponible en téléchargement:

Casssasoles, le guide du chasseur au chien d'arrêt, La caille

Joseph Oberthur

14 mars 2007 at 8 h 30 min

Joseph Oberthur (Rennes 1872 – Cancale 1956), était un dessinateur animalier, ainsi qu’un célèbre écrivain cynégétique, connu internationalement. Ce dernier était aussi célèbre pour ses connaissances scientifiques en tant que naturaliste, que pour la beauté de ses dessins. Il laisse derrière lui une oeuvre conséquente, richement illustrée sur le thème de la nature et de la chasse.
Joseph Oberthur, combat de cailles
Gravure extraite de l’ouvrage de joseph Oberthur, « Gibiers de passage », représentant le combat de deux mâles cailles. Deux oiseaux (probablement des femelles) les observent en retrait.

Dans le livre « Gibiers de notre pays, histoire naturelle pour les chasseurs », tome 4, plusieurs passages très intéressant concernent la caille des blés.

oberthur

Dans cet ouvrage, J.Oberthur s’intéresse aux origines des chiens d’arrêts, et ainsi qu’aux principales races. Il présente également les différentes espèces de gibiers à plume des plaines et des bois. Parmi ces espèces figure la caille, à laquelle il consacre pas moins de 8 pages.
Ce dernier connaît visiblement très bien l’espèce qu’il a chassé des années durant, et livre quelques anecdotes de chasse. Il se souvient notamment des dernières cailles parisiennes. Fait étonnant, Oberthur précise qu’on les entendait chanter jusqu’en 1924 sur les champs Elysées et au bois de Boulogne, et qu’il lui arrivait d’en lever près de l’ancien Parc des Princes. Déjà ce dernier parle du recul généralisé de l’espèce un peu partout en France, hormis dans certains département du sud. Selon Oberthur les chasseurs n’ont pas de responsabilité dans cette régression de l’espèce en raison de l’ouverture tardive de la chasse. Même s’il remarque déjà le changement des pratiques agricoles Il ne semble pas penser qu’elles justifient à elles seules une telle diminution. Il fait allusion aux massacres réalisés par les pays méditerranéens lors de la migration, mais remarque que la chasse au filet existe depuis l’antiquité sans diminution de l’espèce. Même s’il ne nie pas qu’il faut prendre des mesure de sauvegarde, ce dernier hésite à citer une cause précise à la diminution brutale des effectifs, qu’il semble attribuer à la fatalité. Il écrit résigné: « les exemples sont nombreux dans la nature d’espèces migratrices, restées d’une abondance extrême pendant des siècles, malgré les prélèvements inouïs opérés au moment où les oiseaux arrivent aux étapes de leurs voyages, qui, subitement, diminuent en courbe presque verticale et arrivent, quoi qu’on fasse, à dis­paraître totalement. C’est ainsi que le pigeon migrateur d’Améri­que a cessé d’exister. Il est malheureusement à redouter que, dans un avenir assez proche, il en advienne autant de la caille ».
Oberthur parle ensuite de la migration et de la biologie des cailles. Détail amusant: il affirme que les cailles sont aptes à la natation et se posent sur la mer.

A noter les deux belles gravures d’illustration de l’auteur.

couple de cailles, oberthur

Ci dessous, une jolie gravure de caille en vol, très réaliste, par Oberthur:

caille en vol, oberthur

Voici sous forme de fichier word l’intégralité du texte du chapitre.

Oberthur, Gibiers de notre pays, LA CAILLE

"Gibiers et nuisibles, souvenirs d’un garde chasse"

14 mars 2007 at 8 h 27 min

Autre classique de la littérature cynégétique: « Gibier et nuisibles, souvenirs d’un garde chasse » d’ Eugene Goussard .Ancien garde chasse, ce dernier raconte ici tous ses souvenirs, anecdotes.

gibiers et nuisibles

Le livre est divisé clairement en trois partie: La première est consacrée à l’énumération des espèces nuisibles et aux moyens de s’en débarrasser efficacement. Dans la seconde Partie, ce dernier aborde le thème du gibier, ses souvenirs de chasse, et beaucoup de conseils sur son élevage. La troisième et dernière partie intitulée « les à côtés de la chasse » est consacrée aux auxiliaires (furets, chiens, etc), mais aussi à plusieurs aspects pratiques du métier de garde chasse. Le livre est encore une fois richement illustré par Boris Riab (1898-1975), un des plus célèbres peintres cynégétique du XXeme siècle.

Un sous chapitre (P136 à 138) est consacré à la caille.
Après avoir évoqué ses souvenirs de chasse (plus d’une centaine ce caille prélevées en une journée à deux fusils, vers 1906 en Sologne), ce dernier nous parle de son élevage (ramassage d’oeufs de cailles sauvages, qui sont ensuite élevées en parquet). Eugene goussard assure que cet élevage (aujourd’hui formellement interdit en France) est facile et donne de bons résultats, et parle de la prédilection de la caille pour les larves d’insecte. Il note que ces dernières s’apprivoisent avec facilité. Il conclut sur le fait que l’apparition des cultures modernes à diminué le nombre de cailles.
A noter la très jolie gravure, ci dessous agrandie, d’un groupe de cailles se faufilant dans les herbes réalisées par Riab, un des seuls artistes contemporains (à ma connaissance) à avoir représenté ces oiseaux de façon régulière dans son oeuvre .

Riab, groupe de cailles

Le texte intégral de Eugene goussard (pages 136 à 138) est ci-dessous disponible sous forme de fichier word:

Eugene Goussard, Gibier et nuisibles

"The Atlas of quails", David Alberton

13 mars 2007 at 9 h 00 min

Voici un ouvrage superbe de David Alberton à recommander à tous les amateurs de cet oiseau…

couverture, the atlas of quails

Ce livre, assez unique en son genre, est consacré avant tout à l’élevage des différentes espèces de cailles qui existent dans le monde.
Cet ouvrage est remarquable par sa grande taille (32x35cm), et les superbes illustrations de Anne Hopkinson. Petit exploit: les oiseaux sont représentés à leur taille réelle (ce qui permet de mieux comprendre la taille de l’ouvrage!). 44 espèces différentes y sont représentées, dont certaines malheureusement disparues (comme la caille de Nouvelle Zélande).
On regrettera simplement que cet ouvrage n’ait pas fait l’objet d’une traduction française (Il est disponible uniquement en anglais…), et les commentaires un peu trop succincts concernant la biologie des différentes espèces.

gravure couple caille des blés, atlas

Illustration de Anne Hopkinson représentant une caille des blés (European Migratory Quail en anglais).

Jean Jacques Brochier, "Anthologie du petit gibier"

12 mars 2007 at 9 h 16 min

J’ai écrit en introduction de cette rubrique, que les livres récents abordant le sujet de la chasse à la caille étaient peu nombreux, et que pour cette raison je me référerais fréquemment à d’anciens ouvrages du 19eme siècle.
Voici pourtant l’exception qui confirme la règle.
Jean-Jacques Brochier (1937,Lyon- décédé le 29 octobre 2004 à Paris) est un journaliste et écrivain français. Ce dernier a été le Rédacteur en chef du Magazine littéraire de 1968 à 2004.
Chasseur passionné, ce dernier est également l’auteur de plusieurs ouvrages cynégétiques. Il à également publié en 1995 une très intéressante « Anthologie du petit gibier ».

anthologie du petit gibier, jean jacques brochier

Plusieurs espèces de ce gibier qu’on dit « de poche » sont abordées: alouettes, merles, grives, tourterelles…
Un chapitre complet est consacré à la caille(pages 65 à 83). L’auteur y présente quelques uns des textes les plus marquants concernant l’oiseau (Oberthur, Toussenel, Diguet…), ainsi que d’anciennes recettes de cuisine expliquant comment on doit l’accommoder. Le tout est magnifiquement illustré par de nombreuses gravures anciennes. Une vraie réussite…