Les combats de cailles

11 mars 2007 at 15 h 44 min

Les cailles mâles sont des oiseaux particulièrement combattifs. Il suffit de les mettre en présence pour déclencher immédiatement un combat, qui peut aller jusqu’à la mort, si l’on ne sépare pas rapidement les deux oiseaux belligérants. L’aire de répartition de l’espèce étant particulièrement étendue (Europe, une grande partie de l’Asie, et de l’Afrique) cette aptitude naturelle à été très tôt constatée, puis détournée pour être transformée en divertissement dans de nombreux pays.
Aristophane déjà au Veme siècle avant JC écrit à propos d’enfants qui se disputent « ils sont querelleurs comme des cailles tenues en cage ». Dans l’antiquité (notamment à Naples et à Athènes)les combats de cailles sont très populaires et donnent lieu à des paris. Le Grammairien Julius Pollux mentionne au IIeme siècle Ap JC des éleveurs spécialisés dans l’élevage d’oiseaux de cailles de combat. Ces derniers étaient appelés en Grec « alektruonotrofo », ou « ortugotro », et « Avium Lanista » à Rome.

Avium Lanista

La gravure ci-dessus montre d’ailleurs deux oiseaux (des coqs) aux côtés de leurs souteneurs, représentés sous la forme de deux génies.
Les riches citoyens romains offraient parfois des cailles victorieuses, ce qui constituait un cadeau prestigieux. L’empereur Auguste aurait même puni de mort un préfet d’Egypte qui avait fait servir sur sa table une caille devenue célèbre pour avoir remporté de nombreux combats. De même, un athénien, nommé Poliarque, avait coutume de célébrer fastueusement les obsèques des oiseaux morts au combat, auxquels il érigeait des stèles afin de les honorer. Solon conseillait de montrer aux enfants des combats de cailles afin de les édifier. Le courage dont faisaient preuve ces oiseaux au combat était censé les inspirer.

combat de caille

Buffon, au 18eme siècle, rapporte que certains combats pouvaient même parfois opposer une caille et un homme: « La caille étant mise dans une grande caisse , au milieu d’un cercle qui étoit tracé sur le fond, l’homme lui frappoit la tête ou le bec avec un seul doigt, ou bien lui arrachoit quelques plumes: si la caille, en se défendant, ne sortoit point du cercle tracé, c’étoit son maître- qui gagnoit la gageure; mais si elle mettoit un pied hors de la circonférence, c’étoit son digue antagoniste qui étoit déclaré vainqueur, et les cailles qui avoient été souvent victorieuses, se vendoient fort cher. »
Plusieurs auteurs relèvent que les combats de cailles existaient encore dans de nombreux pays (dont l’Italie) au 19eme siècle.
Les combats de cailles semblent avoir été particulièrement populaires dans de nombreux pays asiatiques, et s’y sont maintenus très longtemps, comme le montrent les témoignages rapportés par de nombreux voyageurs.
C’est le cas en Afghanistan, dans ce récit tiré du « Voyage à Boukhara », d’Alexander Burnes (1834): « Arriva la saison des cailles, et alors tous ceux des habitants qui n’étaient pas retenus par des occupations plus importantes ne songèrent qu’à prendre vivants ces courageux petits oiseaux, pour les faire ensuite battre les uns contre les autres. Chaque matin, le chef réunissait dans sa cour un certain nombre de personnes, pour leur donner un spectacle de ce genre, et souvent, il nous invitait à y assister. Les hommes dans ces circonstances, ne nous amusaient pas moins que les cailles; car, si les oiseaux étaient les héros de la fête, il y avait plaisir à voir le chef, les serviteurs, les sujets, tous sur le pied d’une égalité parfaite. On apportait les combattants renfermés dans des sacs, puis on les excitait à se disputer du grain qu’on jetait entre eux. Dès qu’une des cailles ouvrait les ailes pour s’envoler, elle perdait tout son mérite et on la tuait sur-le-champ; mais il était rare qu’elles fissent une retraite précipitée. Rien n’égalait la passion des Afghans pour cette sorte de divertissement; et dans les rues on pouvait voir presque tous les gamins munis d’une caille et, de l’autre, les passants s’attrouper pour être témoin des combats burlesques qui se livraient. »
Oberthur mentionne que de tels combats sont également très prisés en Chine: « En Chine, où tous les jeux d’argent sont en honneur, on capture les cailles au printemps uniquement pour organiser des combats analogues aux combats de coqs, où l’on parie de fortes sommes. »
André Debourg rapporte le témoignage de soldats à leur retour d’Indochine vers 1950: « Des soldats rentrant de ce dernier pays m’ont rapporté que les combats de cailles y sont pratiqués couramment, comme le sont, dans le nord de la France, les combats de coqs, et connaissent le même succès du public. Certains indigènes parcourent les villes et louent leurs combattants aux tenanciers de diverses maisons de jeux ou engagent des paris dans des cafés ou sur les places publiques et tirent de cette activité des revenus fort substantiels. Certains « combattants » d’élite sont même parfois revendus à prix d’or à des loueurs de cailles ou à des organisateurs de combats! Il n’est pas rare de voir payer une caille de combat 100 000 anciens francs et plus. »

détail gravure canton barge men fighting quails

A noter que des pratiques similaires ont lieu en Inde, jusque dans les cours des Maharadjas ou l’on entraine spécialement les oiseaux au combat.

Tags: